dimanche 31 décembre 2017

Ayant soutenu ma thèse le 11 décembre 2017 à l'Ecole pratique des hautes études, à Paris, j'ai la joie et le plaisir de vous annoncer que j'ai obtenu le grade de docteur en histoire des religions et anthropologie religieuse.

lundi 18 décembre 2017

Homélie d’Astère d’Amasée

     Je propose en téléchargement ma traduction d'une homélie d'Astère d'Amasée, écrivain asiate du quatrième siècle, sur le protomartyr Étienne. Il s’agit, avec les sermons de Grégoire de Nysse, de la plus ancienne homélie sur saint Étienne, personnage central des chapitres 6 et 7 du livre biblique des Actes des apôtres. J’ai pris pour base l’édition critique de Cornelis Datema publiée en 1970 chez Brill.

jeudi 7 décembre 2017

Soutenance de thèse

         J'ai le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine de ma soutenance de thèse. Elle aura lieu le lundi 11 décembre à l'Ecole pratique des hautes études, 54 boulevard Raspail.



vendredi 15 septembre 2017

     J'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai été nommé professeur d'éthiopien classique (guèze) à l'Institut catholique de Paris. Les cours commencent le 4 octobre. Si l'apprentissage de cette langue fascinante vous attire, n'hésitez pas à venir assister à mes cours. Les inscriptions sont encore ouvertes ! 

jeudi 10 août 2017

       Le site Bibliotheca Hagiographica Syriaca Electronica offre en ligne une riche base données sur les textes hagiographiques syriaques. Pour chaque texte, l'incipit et l'explicit sont renseignés, ansi que les éditions, les traductions et les études. Ce projet est une remarquable contribution à l'étude de l'hagiographie syriaque. Sa facilité d'utilisation et son exhausitivité en font un outil de premier choix pour les chercheurs.

mardi 4 juillet 2017

   Je serai du 8 au 15 juillet à l'institut al Mowafaqa pour une session intensive d'hébreu (niveau 5). Le cours sera consacré à la lecture de textes bibliques. Je donnerai également deux heures de cours dans le cadre du séminaire d'islamologie qu'organise l'institut ; je présenterai le contexte religieux de l'Arabie et du Moyen-Orient à la veille de l'islam.

samedi 1 juillet 2017

Anecdota britannica

     Je propose en traduction deux brefs textes sur saint Étienne, le premier martyr du christianisme, auquel je consacre une thèse de doctorat. Le premier est une notice extraite du Leabhar Breac (le « Livre tacheté »), un célèbre recueil d’homélies irlandais du 14e siècle. Le texte est un bref sermon bilingue en vieil-irlandais et latin, qui introduit la lecture liturgique du texte des Actes des apôtres concernant le martyre d’Étienne (6, 8-8, 2). Le second est la notice du 3 août du martyrologe vieil-anglais ; elle contient un résumé de l’invention du corps d’Étienne, qui eut lieu sous l’épiscopat de Jean II de Jérusalem (387-417). Pour chacune de mes traductions, j’ai fourni le texte édité en latin, vieil-irlandais et vieil-anglais.

Le texte du Leabhar Breac est téléchargeable ici : 



Celui du martyrologe vieil-anglais est téléchargeable en cliquant sur le lien ci-dessous :


mardi 20 juin 2017

L'ascension de l'âme dans la prière des morts mandéenne

         Le mandéisme, une religion gnostique dont les origines pourraient remonter aux trois premiers siècles de notre ère, perpétue, encore aujourd’hui, un rite funéraire appelé masiqta (« ascension »). Celui-ci consiste, dès la mort du croyant, à accomplir des baptêmes, à réciter les écritures sacrées et à organiser des banquets rituels afin d’aider l’âme du mort à monter jusqu’à sa destination, le lieu de Hiia (« Vie »), le souverain du monde de lumière. L’ascension, qui dure quarante-deux jours, est marquée par différentes étapes : après avoir franchi plusieurs « tours de garde » (maṭarata), qui ne laissent passer que les êtres purs, l’âme doit subir une dernière épreuve, celle de la balance, qui consiste à peser les péchés et les bonnes actions du défunt. Une fois arrivée à destination, l’âme est revêtue de lumière et devient un uthra, un esprit de lumière. L’âme, qui était tombée dans le monde de la matière, revient dès lors à celui de la lumière, sa résidence originelle. 

            Le Ginza, le livre le plus sacré du mandéisme, contient un magnifique chant décrivant l’ascension de l’âme, le franchissement des tours de garde et son arrivée dans la lumière de Vie. Je propose une traduction de ce chant extrait du Ginza de gauche (III, 12), accompagné du texte mandéen édité par Heinrich Petermann en 1867. En voici un extrait : 


Combien je me réjouis et combien se réjouit mon cœur ! 
Combien je me réjouis le jour où ma lutte se dénoue, le jour où se dénoue ma lutte. 
C’est vers le lieu de la Vie que je me rends. 
Je m’envole et je m’en vais jusqu’à ce que j’atteigne les courants d’eau. 
Lorsque j’atteignis les courants d’eau, un flot radieux se déversa sur mon visage. 
Il me saisit par la paume de la main droite et me fit passer les courants d’eau. 
On apporta l’éclat et on m’en revêtit. 
On apporta sa lumière et on m’en couvrit.


Baptême mandéen.
Persécutés, les Mandéens ont fui, pour la plupart d'entre eux, l'Irak et l'Iran, leur berceau, pour vivre en Amérique du Nord, en Australie et en Europe.